L’industrie au Maroc : les secteurs qui innovent

L’industrie au Maroc : les secteurs qui innovent

L’industrie au Maroc s’est fortement développée au cours des dernières années. Et l’une des principales industries qui caractérisent le Maroc est: énergies renouvelables, industrie aéronautique et automobile, électronique, textile, fabrication d’aliments et de médicaments, mines. L’industrie alimentaire au Maroc occupe la deuxième place parmi les plus grandes industries, en raison du climat tempéré du Royaume, du sol fertile et des ressources en eau abondantes. Nous avons examiné en détail ses plus importants secteurs industriels dans ce guide, lisez le donc pour en savoir plus à ce sujet.

L’industrie au Maroc : automobile, la fabrication des voitures

Parlant de l’industrie au Maroc, le secteur automobile marocain a atteint des niveaux de croissance durables au cours de la dernière décennie. Ses performances sont particulièrement notables au niveau de l’exportation et au niveau de la création d’emplois. Ce sont deux indicateurs grâce auxquels le secteur réalise une croissance annuelle significative.

La position du Maroc en tant que terminal de production et d’exportation d’équipements et de véhicules a été renforcée par la stabilité de groupes étrangers de renommée mondiale tels que :

  • BAMESA,
  • YAZAKI,
  • SEWS,
  • RENAULT,
  • SNOP,
  • GMD,
  • DELPHI,
  • SAINT-GOBAIN
  • et, plus récemment, PSA PEUGEOT CITROËN.

Le secteur automobile connaît une croissance annuelle importante en termes de création d’emplois et d’exportation.

L’industrie au Maroc : aéronautiques

En 18 ans, et dans les secteurs de l’industrie au Maroc, le pays a construit une base aéronautique diversifiée, de qualité et compétitive. Le secteur connaît un essor remarquable et un dynamisme bien connu. De nouveaux métiers à forte valeur ajoutée se sont déjà développés. Ils couvrent différentes disciplines telles que le câblage électrique, la mécanique, la chaudronnerie, l’installation et le montage mécanique.

De grandes entreprises internationales telles que Boeing, Safran, Hexcel, Eaton, Alcoa et Stelia ont choisi la destination marocaine. Des acteurs de premier plan ont également été choisis dans le Royaume, tels que Le Piston Français, LISI, Daher… Ces opérations de stabilisation sont la meilleure preuve de l’émergence d’un secteur qui améliore ses performances et augmente sans cesse sa compétitivité.

Le secteur compte actuellement plus de 142 entreprises. Cette dernière a créé environ 11 313 emplois directs et généré un chiffre d’affaires de 15,6 milliards de dirhams au cours de l’année 2019.

L’industrie de textile au Maroc

L’industrie au Maroc

Le secteur textile occupe une place stratégique dans l’activité industrielle nationale par son apport important (27% des emplois et 7% de la valeur ajoutée dans le domaine). Malgré la crise économique vécue par ses principaux partenaires (notamment l’Espagne et la France, qui absorbent environ 60% des exportations du secteur), le textile a fait preuve de résilience face à ces conditions.

Afin de tirer le meilleur parti de ses capacités et de lui permettre d’atteindre une croissance durable, le pays a développé une vision globale qui inclut à la fois les exportations et le marché national, ce qui est l’un des objectifs du Plan d’accélération du développement industriel. 2014-2020.

Un soutien continu sera apporté, notamment pour l’émergence de ressources textiles compétitives et innovantes, afin d’attirer davantage d’investissements directs étrangers, notamment chinois, et de développer des partenariats sur la base du bénéfice mutuel.

L’industrie du cuir au Maroc

L’industrie marocaine du cuir couvre une variété d’activités. Elle se compose d’une branche tannerie à vocation (partiellement) exportatrice, mais travaillant spécifiquement pour répondre aux besoins du marché local, et d’une branche cuir et habillement cuir, ainsi que d’une spécialisation chaussure presque entièrement tournée vers l’exportation.

Faisant partie des secteurs historiques ancrés dans la culture marocaine, le secteur du cuir est encore considéré comme l’un des secteurs à forte qualification exportatrice. Différenciation (entre pays producteurs), montée en capacité, base de coproduction, produit final à haute valeur ajoutée, innovation et créativité, interaction et niveau de service, sont à la base de la stratégie actuelle et future de la filière cuir marocaine.

L’industrie électronique au Maroc

L’industrie au Maroc

L’industrie électronique se situe au début de la chaîne des industries aéronautiques, automobiles et ferroviaires, ainsi que des domaines de la défense et de la sécurité. Ce secteur au Maroc a connu une croissance durable au cours des dernières années avec l’émergence d’opportunités croissantes. Le secteur est également en mesure de bénéficier des possibilités de transfert d’une partie importante des industries transférables de l’Europe de l’Ouest vers le Maroc et liées à l’électronique.

Cibler ce marché favorisera l’émergence de nouvelles spécialisations à forte valeur ajoutée, telles que :

  • L’éclairage et l’efficacité énergétique,
  • Le secteur électrique,
  • La sécurité privée et publique
  • Et les énergies renouvelables.

Afin d’atteindre le sommet des qualifications du Maroc dans le domaine de l’industrie électronique, l’Etat entend accompagner le développement de ce secteur en créant une offre centrée sur le développement de l’électronique spécialisée, qui permettra au pays de devenir une base de production et d’exportation vers l’Europe.

L’industrie électrique au Maroc

Bien que la fabrication de fils isolés, d’outillages de distribution et de contrôle électrique ne représente que :

  • 31 % des entreprises du secteur,
  • Elle constitue 86 % des exportations.
  • 79 % des investissements,
  • 72 % de la production
  • Et 65 % de la valeur ajoutée de l’industrie électrique.

Le secteur des industries électriques au Maroc a connu une nouvelle dynamique depuis le lancement du programme global d’électrification rurale en 1995, dont la majeure partie a été réalisée par des sociétés marocaines avec des produits fabriqués au Maroc.

Les programmes de logement ont également eu des effets positifs sur ce secteur. Les entreprises marocaines ont su adapter leurs produits aux différents groupes sociaux.

La Fédération Nationale de l’Électricité, de l’Électronique et des Énergies Renouvelables coopère avec le Ministre Délégué chargé du Commerce Extérieur et avec le Centre Marocain de Promotion des Exportations dans le cadre de la stratégie nationale d’encouragement des exportations marocaines, car elle contribue avec un grand dynamisme au convois d’exportation organisés dans plusieurs pays africains.

Certes, le secteur de l’électricité s’est tourné vers l’étranger, notamment vers le marché africain, où il exporte l’expérience marocaine dans le domaine de l’électrification rurale.

La stratégie nationale dans le domaine des énergies renouvelables ouvre d’autres perspectives de croissance du secteur (plans solaires, plans éoliens et efficacité énergétique).

Les grandes entreprises du secteur

ABB, NEXANS, INGELEC, CEGELEC, SIMON INTERNATIONAL, OMNIUM GENERAL D’ELECTRICITE (OGE), SCHNEIDER ELECTRIC, EATON ELECTRIC

Les systèmes industriels du secteur sont actuellement en cours de restructuration, et leur création permettra une plus grande intégration du secteur, car elle augmentera sa performance et son attractivité.

L’industries chimiques et semi-chimiques

L’industrie au Maroc

Les industries chimiques et chimiques parallèles occupent une place importante dans l’économie nationale en raison de la diversité de ses produits et de son lien étroit avec d’autres activités économiques connexes.

En effet, ces industries ont connu une croissance stable entre 2003 et 2012 sous l’effet direct des politiques sectorielles adoptées par le gouvernement d’une part, et du changement des habitudes de consommation d’autre part.

Le secteur bénéficie de la présence du Charif Phosphate Complex, pionnier de la chimie des phosphates, dont les activités constituent 52 % du chiffre d’affaires du secteur, 90 % de ses exportations et 67 % des emplois qu’il fournit.

La disponibilité de la matière première à bas prix (phosphate) et le transfert du savoir-faire d’OCP dans le domaine de la formation, de la manutention, de la recherche et du développement des ressources, ouvrent la voie au développement d’activités industrielles phosphatières complémentaires autour de cette entreprise leader dans le domaine. .

Associations professionnelles du secteur

  • Fédéral Chimie et Parachimie FCP
  • Fédération marocaine de la Plasturgie (FMP)

Les grandes entreprises du secteur

OCP, PROCTER & GAMBLE, INTERNATIONAL PAPER (IP), ATLAS PEINTURES, SOCIETE NATIONALE D’ELECTROLYSE ET DE PETROCHIMIE (SNEP), GPC, SEVAM

L’industrie au Maroc : les secteurs pharmaceutiques

Après les phosphates, l’industrie pharmaceutique marocaine est la deuxième activité chimique, qui se classe deuxième au niveau du continent africain.

Cette industrie a un grand potentiel de croissance grâce à des gains importants, à savoir :

  • 50 ans d’expérience ;
  • Des entreprises certifiées opérant selon les normes européennes ou américaines ;
  • Capacité de production de 350 millions d’unités par équipe (équipe de production de 8 heures) ;
  • Adoption de la loi sur la couverture maladie de base qui rend obligatoire l’assurance-maladie ;
  • Adoption d’une nouvelle loi sur le médicament et la pharmacie qui permettra la libéralisation du capital des entreprises pharmaceutiques.
  • Succursales de sociétés multinationales ne disposant pas de site de production au Maroc ; – Sociétés mixtes représentant des sociétés multinationales fabriquant leurs propres médicaments ; – Les entreprises marocaines qui fabriquent leur propre paquet de médicaments génériques.

L’industrie au Maroc : les matériaux de construction

Le secteur des matériaux de construction revêt une grande importance dans l’industrie au Maroc à travers les liens qui le rattachent au reste des activités économiques, notamment avec les activités de construction, de tourisme et d’infrastructure.

Ces dernières années, grâce aux politiques sectorielles menées par le gouvernement pour faire du logement, du tourisme et de l’industrie des moteurs de croissance, l’industrie des matériaux de construction a connu une croissance sans précédent, que le Schéma d’accélération du développement industriel entend maintenir et renforcer.

L’industrie au Maroc : énergies renouvelables

L’industrie au Maroc

Le développement des énergies renouvelables est au cœur de la politique énergétique nationale, qui tend à diversifier les sources d’approvisionnement énergétique, puisqu’elle ambitionne de porter d’ici 2020 la part des énergies vertes à 42 % de l’énergie électrique totale.

L’efficacité énergétique, parallèlement au développement des énergies renouvelables, est l’une des priorités de la stratégie nationale de l’énergie : l’objectif envisagé est de fournir 12 % de la consommation d’énergie en 2020 et 15 % en 2030. Dans ce cadre, des plans d’action ont été préparés pour l’efficacité énergétique dans tous les grands domaines, en particulier les transports et l’industrie et la construction.

Au vu des énormes capacités dans le domaine des énergies renouvelables (solaires et éolien) dont dispose le Royaume, il a été décidé de construire un bouquet énergétique diversifié donnant la priorité aux énergies renouvelables. Ceci afin de répondre à la demande croissante en électricité, préserver l’environnement et réduire notre dépendance énergétique vis-à-vis de l’extérieur.

Pour relever ces défis, le Maroc a lancé un vaste programme intégré de production électrique à partir des énergies renouvelables. C’est l’un des plus grands projets au niveau mondial, car il aspire à atteindre une capacité totale de 4 000 mégawatts d’ici 2020, grâce à la mise en place des parcs éoliens modernes et à la création de cinq centrales électriques solaires.

Ce projet intégré et structuré constitue un levier de développement économique et humain (compétitivité, formation, recherche développement, sous-traitance et insertion industrielle). La réalisation de ces projets sera une opportunité pour l’émergence et le développement d’une industrie liée aux domaines des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Ceci afin de soutenir ces programmes et de rationaliser leurs retombées sociales et économiques.

Industries mécaniques et métallurgiques

Les mines et la métallurgie sont les deux principales branches du secteur des industries mécaniques et métallurgiques : elles représentent 82 % des exportations, 94 % des investissements, 91 % de la production et 82,6 % de la main-d’œuvre.

Le secteur minier et métallurgique constitue un maillon essentiel de la chaîne manufacturière, par son rôle d’approvisionnement et d’approvisionnement de plusieurs marchés (notamment la construction, l’énergie, les transports et l’agriculture), et par conséquent, il bénéficiera certainement de la croissance attendue de ces marchés.

Migration des services au Maroc

Le secteur des services de délocalisation est un secteur porteur dans l’économie nationale en raison de sa capacité à créer des opportunités d’emploi pour les jeunes et de sa contribution à la balance commerciale du pays.

Les activités de migration de services se répartissent en deux grands domaines et en six secteurs :

Externalisation dans le domaine des systèmes de gestion, qui comprend :

  • Les activités des fonctions administratives générales,
  • Les activités de gestion de la relation client, et les activités professionnelles particulières ;
  • Externalisation des technologies de l’information qui combine des activités de gestion d’infrastructure,
  • Des activités de développement de logiciels et des activités de maintenance appliquée.

Le Maroc a été choisi comme la meilleure destination pour la migration des services pour l’année 2012 par l’Association européenne de la migration des services. L’objectif fixé par le plan d’accélération du développement industriel à l’horizon 2020 est d’atteindre un produit intérieur brut de 16 milliards de dirhams, et 100 000 emplois.

freek

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.